Un forum pour parler des chiens, de leurs comportements, de leurs éducations, de leurs santés mais également des ballades et des activités que l'on partage avec eux.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Idée reçue : Théorie de la dominance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Votre avis sur ce post-it
Très utile & complet
64%
 64% [ 7 ]
Utile mais incomplet
27%
 27% [ 3 ]
A retravailler
0%
 0% [ 0 ]
Inutile
0%
 0% [ 0 ]
A déconseiller
9%
 9% [ 1 ]
Total des votes : 11
 

AuteurMessage
Céline
Admin
avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 17/09/2012

MessageSujet: Idée reçue : Théorie de la dominance   Mar 18 Sep - 23:03

Idée reçue : Théorie de la dominance

Sommaire :
I - Idée reçue
II - Le chien est un loup domestique
III - Le chien et le loup ont les mêmes comportements
IV - Le chien est un animal de meute
V - Le chien est un dominant ou un soumis
VI - L'Humain doit se placer en chef de meute
VII - Le chien désire prendre la tête de la meute
VIII - Pour dresser un chien, il faut le soumettre
IX - Alors pourquoi ça fonctionne ?


I - Idée reçue

Tout d'abord, il est intéressant de savoir ce qu'est exactement une idée reçue. Voici un extrait de l'article de Wikipedia sur le sujet :

Citation :
Une idée reçue est une opinion, située entre le stéréotype, le cliché et le lieu commun. Elle a la particularité de s'admettre aisément, pour diverses raisons :

elle est très répandue (argumentum ad populum). On l'a d'ailleurs tous entendue au moins une fois ;
celui qui la transmet la considère très souvent comme évidemment démontrée ;
elle est agréable à admettre, parce qu'elle répond (le plus souvent simplement) à une question redondante, ou gênante, ou complexe : elle aide à ne plus réfléchir et s'impose insidieusement ;
elle peut aussi être plaisante à admettre par son caractère amusant (anecdote) qui permet de la retenir d'autant mieux.
On note enfin qu'elle est souvent fausse, à tel point que s'est formée l'expression « Combattre les idées reçues », ce qui sous-entend qu'elles ne peuvent qu'être combattues, et non démontrées comme justes. Cela dit, comme les lieux communs, les idées reçues sont tellement intégrées dans la culture qu'il est psychologiquement et sociologiquement très difficile de les contrer, même lorsqu'en toute objectivité il s'agit d'énormités par rapport à la vérité et à la logique.

source : Wikipedia


L'idée reçue est donc difficile à combattre puisqu'elle est approuvée par le plus grand nombre. Voici quelques exemples d'idées reçues pour mieux comprendre :

On entends souvent dire que la mémoire d'un poisson rouge est limité à quelques secondes, le temps de faire un tour de bocal. En réalité, les poissons rouges ont une mémoire d'environ trois mois. On entends souvent dire que les éléphants cherchent un endroit précis où mourir, des cimetière des éléphants. Il s'agit d'un mythe apparu au XXième siècle. Beaucoup croit que les caméléons changent de couleur pour se camoufler. La plupart des caméléons changent de couleurs pour réguler leurs températures, certaines espèces seulement se camouflent ainsi.

De la même manière mais dans un autre domaine, réveiller un somnambule n'est pas dangereux.


Dans le cas de la théorie de la dominance, il ne s'agit pas d'une idée reçue mais d'une série d'idées reçues.

"Le chien est un loup domestique." Première idée reçue.
"Le chien et le loup ont les mêmes comportements." Seconde idée reçue.
"Le chien est un animal de meute." Troisième idée reçue.
"Le chien est un dominant ou un soumis." Quatrième idée reçue.
"L'Humain doit se placer en chef de meute." Cinquième idée reçue.
"Le chien désire prendre la tête de la meute." Sixième idée reçue.
"Pour dresser un chien, il faut le soumettre." Septième idée reçue.

Nous allons donc prendre chaque point, un part un pour comprendre exactement comment fonctionne le chien et à quel type d'idée reçue nous avons à faire.



II - Le chien est un loup domestique

Certes le chien est proche du loup, comme l'Humain est proche de Chimpanzé, mais le chien n'est pas un loup. Ce n'est pas plus un loup domestiqué. C'est une espèce à part entière, avec des comportements propres à son espèce. Les travaux menés au Wolf Park (imprégnation des loups aux humains), montrent que le loup ne se domestique pas facilement.

Citation :
La différenciation génétique entre le chien et le loup est apparue, il y a plus de 100 000 ans ( soit 0,2 % de différence génétique)


Citation :
A Wolf Park, les soigneurs imprègnent des loups depuis trente ans, mais malgré cela ces loups restent de vrais loups.




III - Le chien et le loup ont les mêmes comportements

Nous avons indiqué lors du second point que du point de vue génétique le chien et le loup sont des espèces différentes.

Lorsqu'un petit né, il s'impregne de la première espèce qu'il voit (source: "Cerveau et comportement" par Bryan Kolb
). Le chiot peut posséder une imprégnation simple au chien, une double imprégnation chien et Homme ou encore une simple imprégnation à l'Homme. Par la suite, un chien imprégné aux chiens pensera qu'il est un chien. Un chien imprégné à l'Homme ne reconnaitra pas les autres chiens et pensera qu'il est un Homme, ce qui entrainera un certain nombre de problèmes comportementaux (attaque, absences de communication, reproduction, ...). Suite à cette imprégnation, le chien apprendra les codes sociaux relatifs aux chiens et découvrira comment communiquer avec les autres chiens. Il en va de même pour chaque espèce.

Voici quelques différences qui existent entre les techniques de chasse du loup et celle du chien :

- Taux de restes d'animaux domestiques dans les excrèments, plus important chez le chien.
Les excrèments du loup contenaient 1/4 de restes d'animaux domestiques alors que ceux des chiens en contenaient un peu plus de 2/4.
source : http://www.loup.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?rubrique30
- Discrétion et horraire des attaques, plus visible avec le chien.
Lorsqu'un chien attaque un troupeau, il est repéré et peut être décrit dans 90% des cas (en moyenne) alors que le loup est un prédateur discret. On note également que les loups attaquent essentiellement la nuit, alors que les chiens attaquent à 75% de jour.
source : http://www.loup.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?rubrique30 et Loup élevage, s'ouvrir à la complexité ... - CERPAM

- Nombre de victimes dans les troupeaux, plus important chez le chien.
Le loup tue pour se nourrir, il fait 1 à 2 victimes dans 49% des cas. 25% des cas occasionnent 3 à 4 victimes et 26% causent plus de 4 victimes. Les chiffres ont été confirmés par d'autres études en Italie. On estime que les loups font en moyenne 2 à 3 victimes par attaque, contre 10 victimes environ pour les chiens.
sources : http://www.loup.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?rubrique30 et http://loup.fne.asso.fr/fr/sur-les-traces-des-predateurs/loup/argumentaire.html

- Mise à mort, plus maladroite chez le chien
Lorsqu'un loup attaque, il pourchasse sa proie. Il peut la blesser à l'arrière train pour la ralentir mais la mise à mort est rapide, elle s'effectue par une morsure à la gorge. Le chien n'est pas chasseur accompli, ses victimes décèdent souvent d'épuisement après avoir subit des morsures aux pattes, au ventre, à la tête, aux oreilles ...
sources : http://www.loup.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?rubrique14 et http://www.ecole-de-chiot.fr/article.php?sid=851&PHPSESSID=99b5583fc3b92a20647dd054ee14b7b9

Nous pourrions également parler de la façon de communiquer avec les membres de son espèce. Le loup utilise ses vingt-quatre muscles faciaux pour communiquer avec ses congénères. Le chien n'utilise que douze muscles faciaux.

Citation :
Au risque d’utiliser un terme étonnant, il faut dire que le chien familier est un animal captif. Qui n’assouvit rien sans l’aval de l’homme (alimentation, excrétion, reproduction, sommeil, etc.)

Sa communication à l’intérieur de son espèce étant déjà réduite au minimum (en encore ne parlons pas des chiens aux oreilles coupées, queue, museaux aplatis, ou yeux cachés sous le poil). Savez-vous que le loup utilise ses vingt quatre muscles faciaux pour communiquer ? Le chien, lui n’en a plus que douze.

source : SPA



IV - Le chien est un animal de meute

Nous savons au travers des observations d'ethologue que le loup est un animal qui forme des meutes. Par extension, le chien formerait également des meutes. Néanmoins avoir des contacts et communiquer avec les autres membres de son espèce n'implique pas la formation d'une meute.

Il y a 27 ZPP (Zone de Peuplement Permanent) en France, mais toute les zones ne possèdent pas de meutes. Seul 19 zones sont organisées en meute. (source : "Le Loup en France", Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement et Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l'Aménagement du Territoire.)

La meute permet notament de chasser des animaux de grandes tailles, qu'un loup seul ne pourrait pas chasser et de gérer le territoire. La meute se forment grâce aux intérêts qu'elle apporte.

Le chien domestique ne chasse pas de grandes proies, il mange ce qu'on lui met dans sa gamelle. Il ne gère pas non plus son territoire qui est délimité par l'humain et n'en chasse pas les intrus canins. Le comportement reproducteur est également gérer par l'humain (castration, saillie ...). Le chien domestique n'a donc aucune raison de former une meute, il cohabite simplement avec d'autres espèces.
Les chiens sauvages qui chassent pour se nourrir pourraient quant à eux avoir un intérêt à former une meute qui gérerait la nourriture, la reproduction, le territoire ... Mais les observations des éthologues sur ces chiens sauvages montrent que s'ils ont des comportements sociaux amicales, ils ne forment pas de groupe définit pour autant. Ainsi un chien sauvage pourra être vu avec un groupe un matin et avec un second groupe quelques heures plutard. Le mot "meute" est malheureusement employé à tord et à travers, sans entendre que lorsqu'on parle d'une "meute", on parle d'une structure sociale, pas simplement d'un groupe.



V - Le chien est un dominant ou un soumis

Nous avons vu que le chien ne forme pas de meute dans le point précédant. Il ne se place donc pas dans une hiérarchie fixe, il peut néanmoins se montrer dominant ou soumis face à l'un de ses congénères. Néanmoins, le mot clef est "ENVIRONNEMENT".

Pour dominer ou se soumettre, il faut au moins être deux et il s'agit d'un positionnement occasionnelle de l'une face à l'autre. Lorsque l'on réunit plusieurs chiens, on peut les voir enchaîner à tour de rôles différentes attitudes dans le jeu. Une simple observation d'un chien équilibrer (ni peureux, ni agressif) permet de comprendre qu'un chien n'est pas dominant ou soumis, il est un peu des deux en fonction de ce que lui propose son environnement. Pourquoi écarter les chiens peureux et agressif ? Parce qu'ils ne communiquent pas correctement avec les autres chiens. Le chien agressif attaquera l'autre sans prendre compte de ses gestes d'apaisement. Le chien peureux fuira les autres autant que possible et s'il ne peut pas fuir, il pourra passer à l'attaque face à un chien qui se montre juste curieux. De façon générale, il vaut mieux observer des chiens bien dans leurs pattes pour comprendre le comportement canin.



VI - L'Humain doit se placer en chef de meute

Nous allons voir pourquoi cette idée d'humain chef d'une meute canine est doublement fausse. Nous avons vu que les chiens ne forment pas de meute, ce qui complique déjà la place de l'Humain en tant que chef de meute.

Le deuxième point que l'on peut aborder est l'imprégnation. Lorsqu'un petit né, il s'impregne de la première espèce qu'il voit (source : "Cerveau et comportement" par Bryan Kolb). Le chiot peut posséder une imprégnation simple au chien, une double imprégnation chien et Homme ou encore une simple imprégnation à l'Homme. Par la suite, un chien imprégné aux chiens pensera qu'il est un chien. Un chien imprégné à l'Homme ne reconnaitra pas les autres chiens et pensera qu'il est un Homme, ce qui entraînera un certain nombre de problèmes comportementaux (attaque, absences de communication, reproduction, ...). Suite à cette imprégnation, le chien apprendra les codes sociaux relatifs aux chiens et découvrira comment communiquer avec les autres chiens. Il en va de même pour chaque espèce.

Chaque espèce possède sa façon de communiquer, par l'apprentissage une espèce tel que l'Homme pourra communiquer de façon basique avec une autre espèce. Ainsi, nous pouvons éduquer un chien à comprendre le mot "assis" et à y réagir pour obtenir quelques choses (absence de punition, récompense, ...). Le chien finira par y réagir par habitude. Néanmoins, il n'aura pas apprit à parler, ni à comprendre chacun de nos mots. Ce problème basique de communication empêche toute formation de meute entre deux espèces. En effet, nous avons vu qu'une meute se forme pour répondre aux besoins du groupe.

Comment former une meute avec des espèces qui ont des besoins différents, des façons d'appréhender le monde différentes, des façons de communiquer différentes... Le chien ne comprendra jamais l'argent ou la notion de travail. Nous ne sentirons jamais les informations contenu dans l'urine d'un chien et nous n'y réagirons jamais. De même que nous ne changerons pas de route pour suivre cette odeur. Il ne s'agit pas seulement d'une impossibilité humaine. Dans la nature, on observe pas de meute de plusieurs espèces. Dans la savane hyène et lion peuvent vivre sur des territoires assez proche, ils font partis de l'environnement de l'un et de l'autre, ainsi ils peuvent interagir. Si les lions arrivent, les hyènes fuient. Quand les lions repartent, les hyènes reviennent. Néanmoins, ils ne forment pas un groupe commun. Ce n'est juste pas quelques choses de possibles.


VII - Le chien désire prendre la tête de la meute

Nous avons vu au dessus que le chien n'est pas un animal de meute. Que les animaux de meutes ne forment pas de meutes avec d'autres espèces. Que les animaux de meutes ne forment des meutes que lorsqu'il y a un intérêt à le faire. Néanmoins, l'idée que le chien de compagnie désire prendre la tête d'une meute chien / Humain existe toujours.

Alors pour cette idée reçue, nous allons seulement nous poser une question : les animaux qui sont globalement soumis dans une meute cherchent ils toujours à devenir "l'Alpha" ?

Pour commencer, un loup ne devient pas l'Alpha simplement en se rebellant et en réussissant à chasser le précédent Alpha. Il faut que la meute l'accepte et le choisisse, sinon, sa rébellion lui aura seulement permit de se soumettre à un autre. On peut donc facilement en conclure que si chaque loup désirait devenir Alpha, ce système ne pourrait pas fonctionner.

Citation :
Un loup peut donc toujours devenir un « alpha » s’il le souhaite. Il est, en tous cas, libre d'aller fonder son clan. Mais il peut également tenter de se rebeller. Toutefois, s’il n’est pas suivi dans son « putsch » par le clan, il doit se soumettre au chef que celui-ci a choisi.



VIII - Pour dresser un chien, il faut le soumettre

Cette idée reçue pose différents problèmes. Elle implique que l'éducation est un conflit avec le chien, d'où le besoin de le soumettre. Pour soumettre le chien -nous avons vu que la communication homme / chien n'est pas aisée- nous passons parfois par des manipulations qui sont censés correspondre aux manipulations du mâle Alpha sur les autres loups. Ces manipulations (placer le chien sur le dos, par exemple) ne correspondent pas aux agissements du loup et elles ont tendances à provoquer incompréhension et peur chez le chien. Autant de réactions qui sont interprétés comme un refus de soumission et qui entraîne parfois, des réprimandes plus importantes.

Alors la question que j'aimerai poser, c'est ... est-ce que ça marche ? Est-ce qu'une éducation basée sur des idées reçues sur le loup, appliquée aux chiens fonctionne ? Oui et non. Oui, cela marche sur les chiens les plus tolérants, les plus à l'écoute. Oui cela fonctionne avec une certaine dose d'acharnement. Non, après l'éducation les chiens ne sont pas forcément "bien dans leurs pattes", certains sont complètements détruits, robotisés et craignant l'homme. Non, certains sont envoyés dans les circuits de l'éducation pour apprendre à se soumettre à l'homme et finissent si traumatisé et si dangereux que seule l'euthanasie devient envisageable. Non, ça ne marche pas du tout sur les chiens plus sensibles, les plus réfléchit.

On constate notamment que les chiens nordiques qui sont des chiens sensibles, qui réfléchissent avant d'agir et qui font les choses s'il y a de bonnes raisons de les faire, peuvent être refusés dans les cours d'éducation "classique" et catalogué comme "chien bête" car les méthodes ne fonctionnent pas -ou si mal- sur eux.

Conclusion : une méthode adaptée au chien et à son comportement doit pouvoir fonctionner sur tout les chiens. Par exemple, le clicker : http://www.cypatagil.ch/clicker/Methode_clicker.htm


IX - Alors pourquoi ça fonctionne ?

Nous avons vu dans le point précédent que "ça fonctionne" pas toujours et pas sur tout les chiens, mais il y a des résultats avec les techniques s'appuyant sur la théorie de la hiérarchie et de la dominance. Nous n'allons pas fermer les yeux et faire comme si ça n'existait pas !

Alors, en imaginant que le chien n'a pas de hiérarchie, qu'il ne puisse pas considérer son maître comme un chef de meute, qu'il ne comprenne pas les codes que l'humain tente d'employer, comment cela fonctionne ? Par amalgame.

Prenons mon chien, il refusait d'être manipulé dans tout les sens. C'était angoissant pour lui et il préférait partir au plus vite. Pour le défenseur de la théorie de la dominance, mon chien était donc un dominant. Il aurait fallu que je l'attrape pour le plaquer sur le dos, ce qui aurait provoqué plus de panique et donc mon chien se serait sans doute débattu comme un beau diable. Ben vous voyez bien qu'il est dominant ! Sinon, il se laisserait faire ! Non, il n'est pas à l'aise et il angoisse vite pour pas grand chose. D'autant plus qu'il cherche à fuir et pas à attaquer, notons néanmoins que n'importe quel chien que l'on pousse trop loin finit par vouloir se défendre. Donc avec mon petit dominant adoré j'aurais du aller à la confrontation, l'empêcher de passer en premier pour voir ce qu'il y a dehors, le nourrir après moi, l'empêcher de dormir en hauteur ... Mon petit chien se braque vite, surtout lorsqu'il commence à avoir peur, je pense qu'on y serait toujours mais à force de manipulation on aurait put obtenir que mon chien se laisse manipuler (ou que mon chien m'attaque en craignant tout les contacts). Dans le premier cas, bravo, bravo mon chien a comprit qui était le patron. Dans le second cas, ça me prouve à quel point il est dominant et à quel point il faut que je durcisse la méthode. Quoique on m'aurait sans doute dit que c'est un peu normal qu'il soit dominant vu qu'il devait me prendre pour sa femelle.

Revenons à la réalité. Donc comme je le disais, il dort sur le lit, il peut manger avant ou en même temps que moi, il a le droit de grogner, d'aboyer (dans la limite du raisonnable, un aboiement suffit pour prévenir et il est tout content quand on lui dit qu'on a entendu), il passe devant en partant en ballade, bref, tout ce que bon nombre de personne déconseille. Donc en tout logique, sachant que je n'ai pas voulu "soumettre" mon chien, celui-ci est toujours non manipulable puisque toujours dominant. Par la douceur, la patience (plusieurs mois d'efforts), le calme, le respect, mon chien sait aujourd'hui qu'il ne risque rien lorsqu'on le manipule, qu'il a le droit à des grattouilles en prime et s'il n'est pas particulièrement friand de l'exercice, il ne cherche pas à fuir.

J'avance donc la théorie suivante, si mon chien se débat lorsqu'il est sur le dos, c'est parce qu'il n'a pas l'habitude de cette position. Les méthodes les plus dures et les moins compréhensives du chien finissent néanmoins par pouvoir lui donner l'habitude. Elles le rendent soumis aux yeux des personnes qui appliquent la méthode, prouvant ainsi que leur méthode fonctionne et oubliant tout ceux sur qui ça ne fonctionne pas.

Continuons en observant les mécanismes de l'apprentissage. De façon simple, je me coince les doigts dans la porte, aïe, j'ai appris qu'il ne faut pas mettre mes doigts dans la porte. Tout aussi simplement, ma mère m'avait dit que c'était dangereux de mettre mes doigts dans la porte, mais je n'avais pas l'attention, la motivation nécessaire pour l'écouter et faire attention. Donc pour apprendre à ne plus mettre les doigts dans la porte, c'est plus simple et plus rapide de se les coincer dans la porte. On comprend aussi que c'est plus barbare et cruel.

Lorsque mon chien tire en laisse, je peux m'arrêter et lui montrer que tirer en laisse ne fait pas aller plus vite, au contraire. Je peux lui mettre un collier étrangleur et lui mettre un grand coup de "sonnette" et la douleur ressentit lui fera effectivement comprendre que marcher au pied, c'est mieux. On comprend aussi que c'est plus barbare et cruel.


Vos réactions, avis, expériences, commentaires, idées sont les bienvenues ! N'hésitez pas à poster à la suite de ce "post-it" en préparation. Merci !


Dernière édition par Céline le Jeu 17 Jan - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chien.creersonforum.com
Céline
Admin
avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 17/09/2012

MessageSujet: Re: Idée reçue : Théorie de la dominance   Dim 28 Oct - 21:07

A ajouter quelques parts dans le post, j'ai découvert qu'un groupe de 19 chiens adultes stérilisés avaient été observé sur un grand terrain et aucun hiérarchie n'a pu être mise en évidence.

source : http://www.chien-education-elevage.com/documents/dominance-et-theorie.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chien.creersonforum.com
Céline
Admin
avatar

Messages : 117
Date d'inscription : 17/09/2012

MessageSujet: Re: Idée reçue : Théorie de la dominance   Mar 4 Déc - 11:31

J'ai écrit une histoire. L'histoire du chien. Une histoire passionnante qui commence comme un conte de fée ...

Citation :
Il était une fois le chien. Cet être à quatre pattes et couvert de fourrure avait de grandes dents, mais pour faire croire à tous qu'il était inoffensif, il les recouvrit peu à peu d'immenses babines. Ses yeux, luisant dans le noir, prirent une expression triste ou joyeuse pour charmer les Hommes. Les Hommes jusque là détenaient la terre. Cette espèce invasive l'avait prise de force, combattant et mutilant autant ses pairs que les autres créatures.

Le chien voyant venir le danger avait déjà commencé sa métamorphose pour devenir ... le meilleur ami de l'Homme. Mais attention, pas l'ami qui vous défendra, vous réconfortera et sera à vos côtés. Non, non. Celui qui vous plante un couteau dans le dos avant de le remuer dans la plaie. Celui qui n'a aucune pitié. Celui qui veut arriver en haut de l'échelle quitte à vous écraser.

Bien-sûr, léchouille, câlins et jeux sont de la partie pour vous faire avaler la pilule mais la vérité ? Le chien veut faire de vous son esclave ! Son souffre-douleur ! Son oméga. Grand alpha, il vous domine et domine par la même toute notre espèce. Nous avons colonisé la planète pour les chiens et maintenant ils en profitent. Des parcs à chien, des clubs de chiens, des expos réservées aux chiens en sont bien la preuve.

Mais pourquoi les humains, si fort et intelligent se laissent-ils faire ? Parce qu'ils ne se rendent pas compte de cette prise de pouvoir aussi flagrante que perfide. Le chien est passé le premier, il a franchit la porte avant vous ? Et vous ! Naïf, aimant, vous avez cru qu'il ne voulait que courir, se dépenser, après cette longue journée enfermé dans votre appartement ? Que nenni ! Il vous a dominé, il a pris possession de la situation, vous n'avez pas eut le choix ! Vous êtes devenu l'esclave, la lopette de votre chien. Oui, déjà. Mais que faudrait-il dire lorsqu'il mange avant vous ? Dors sur votre lit ? Vous regarde ?! Se défends ? Le chien ... machiavélique, vous a fait les yeux doux durant des jours, des semaines, des mois mais maintenant il dévoile son jeu. Par autant d'actions qui vous ont semblé anodine, il a prit le pouvoir !!! Car le seul but du chien, c'est d'arriver au sommet de la hiérarchie mondiale ! Mouahahahaha !

Et ... le chien vécut heureux, entouré de tout ces petits humains -à sa botte-, de sa chienne, reine du monde et de ses petits princes aux yeux larmoyants qui feront bientôt des ravages à leurs tours.

FIN


Euh ... Que dire de plus ? Chacun sa vision du chien ? -_-'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chien.creersonforum.com
cyril86



Messages : 1
Date d'inscription : 08/03/2014

MessageSujet: Re: Idée reçue : Théorie de la dominance   Sam 8 Mar - 19:55

Je suis à 90 % d'accord avec cette vision du chien (dominance et animal de meute) toutes fois il y a des points où je ne suis pas d'accord. Plus sur le côté pratique que sur le côté théorique : par exemple sur l'ordre de marche et le franchissement de porte ,peu importe si cela peut entraîner ou non un comportement de dominance mais il est important que le chien ne passe pas devant. Pimplement par sécurité: imaginez que vous ne lui apprenez pas à attendre avant de sortir vous ouvrez la porte il y a quoique ce soit qui l'attire de l'autre côté de la rue il traverse, une voiture passe et le chien "regrettera" amèrement de ne pas avoir attendu.
D'autre part le collier étrangleur ( sauf peut être pour des chiens ayant des soucis de santé précis notamment ophtalmiques), bien utilisé ( c'est à dire sans traction de longue durée et proportionnelle à la morphologie du chien) n'a rien de cruel. A moins que la mère des chiots soit cruelle lorsqu'elle  les rappelle à l’ordre de façon bien plus impressionnante qu'un coup de sonnette.
Enfin il est semble évident par les dernières observation et par logique que le loup est au chien ce qu' était l’homo-érectus à l'homme et que l'idée de meute entre l'homme et le chien semble inappropriée. Mais,  il n'en reste pas moins que le chien et l'humain cohabitent et donc sont tenus par des règles comme à chaque fois qu'il y a cohabitation dans un écosystème: l' homme étant ce qu'il est, prend l'initiative d'imposer les règles qui l'arrangent : l' éducation et l' idée de hiérarchie c'est donc simplement pour faire comprendre au chien que c 'est l'humain qui à le privilège des initiatives. Car, le chien ne sait pas naturellement quand il dépasse les bornes et quand il fait le "bien" ou le "mal" (selon les humains). Après la façon de lui faire comprendre cela, que soit coercitif ou par méthode douce dépend du maître comme  l' éducation d'un  enfant dépend de ses parents. Du moment qu'on ne rentre pas dans l'humiliation et la douleur être sévère  ne veux pas dire être injuste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Idée reçue : Théorie de la dominance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Idée reçue : Théorie de la dominance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La théorie du mouton
» théorie de l'apprentissage et méthode du clicker training
» Le panaché (Théorie de T. Martins)
» Théorie de l'apprentissage
» pratique et théorie du blindage electromagnétique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Chien :: Information :: Le comportement canin et les relations Homme / Chien-
Sauter vers: